Migration

Mehmet regardait à l’extérieur par la fenêtre du salon. Il neigeait légèrement. Juste en face de leur maison, il y avait un grand jardin botanique ouvert au public. Mehmet vit que les arbres avaient déjà perdu toutes les feuilles. Les nids d’oiseaux étaient à découvert. Mehmet avait suivi une émission à la télé.  Les gens partaient pour d’autres villes pour y travailler pour la saison. Il pensa que les oiseaux partaient peut-être eux aussi en voyage pour la saison. Les feuilles des arbres étaient flétries, peut-être attendaient-elles que leurs locataires arrivent pour se reposer et avoir leurs bébés sur la cime des arbres.

Mehmet se dit que cet endroit serait joli au printemps. Il y avait un grand parking, et juste devant une allée piétonne large de 6 pieds. Les deux côtés de la rue étaient couverts de fleurs. Elles s’ouvraient en avril. Il y avait des tulipes, des roses, de la lavande et d’autres fleurs que Mehmet ne connaissait pas. Les gens prenaient des photos des jolies fleurs et des papillons de toutes les couleurs.A droite de l’entrée du parc, il marquait souvent une pause pour humer la merveilleuse odeur du café fumant fraîchement moulu. Quand Mehmet et sa mère allaient au café, sa mère prenait une tasse de café, tandis que Mehmet buvait du jus de fruits et mangeait un délicieux gâteau au chocolat.

En fin de semaine, les mariés venaient prendre la pause sur la pelouse verte pour faire de jolies photos. Les deux ponts de bois que l’on apercevait au-dessus du ruisseau étaient très jolis. Les oies, les canards, les écureuils et les castors jouaient dans l’eau et on entendait le chant des oiseaux. Mehmet avait même vu une fois un faucon qui essayait d’attraper un oiseau. Il voulait que le printemps arrive. Il demanda à sa mère de lui acheter une mangeoire pour qu’il puisse nourrir les oiseaux qui ne partaient pas en voyage dans d’autres contrées

Leave a Reply